pourquoi_insuline_coute_si_chere

POURQUOI L’INSULINE COÛTE-T-ELLE SI CHER ?

Traduit par Nina Tousch •  publié le 11 décembre 2020

Cet article est une traduction et adaptation d’un article originellement publié en anglais sur le site de T1International. Les liens ont été remplacés pour rediriger le lecteur vers des articles complémentaires en français. Pour lire l’article en anglais, cliquez ici.

8 raisons pour lesquelles l’insuline est si cher.

Pourquoi est-ce que l’insuline coûte-t-elle si cher pour les patients aux États-Unis et dans le monde ? Pourquoi un médicament qui existe sous plusieurs formes et dont le brevet est arrivé à échéance, est-il si coûteux ? Les réponses à ces questions pourtant simples sont multiples et compliquées. Cet article répond à ces questions et vous propose aussi d’aller plus loin grâce à une série de lectures complémentaires, en français et en anglais.

1. Seulement 3 laboratoires contrôlent 90% du marché mondial de l’insuline

Les “trois grand producteurs” d’insuline, Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi, contrôlent plus de 90% du marché mondial de l’insuline. Il arrive souvent qu’un seul de ces laboratoires fournisse de l’insuline dans un pays, ce qui veut dire qu’il a plus ou moins le monopole et qu’il peut fixer le prix qu’il veut. Dans certains pays comme la Chine et l’Inde, il existe des producteurs nationaux d’insuline et ces derniers peuvent aider à faire baisser le prix de l’insuline. Autrement dit, nous avons besoin de plus d’entreprises fabricantes d’insuline sur le marché pour faire baisser les prix. Nous en reparlerons ci-dessous.

2. L’insuline générique n’existe pas

L’insuline est un produit biologique thérapeutique et non une molécule synthétisée chimiquement. Cela veut dire qu’elle ne peut pas être fabriquée sous forme générique comme les autres médicaments. De la même manière, créer un médicament biosimilaire est aussi compliqué et cher. De plus, le marché n’incite pas les laboratoires à produire des médicaments biosimilaires parce que cela coûte aussi cher que de créer un nouveau médicament. Sans oublier que les insulines biosimilaires fabriquées par “les trois grands” du marché n’ont réduit que de 10-15 % le prix de l’insuline. Pour en savoir plus sur les médicaments biosimilaires, cliquez ici.

insuline_galaxy_weronika_burkot

3. Les accords de report d’entrée et les poursuites judiciaires

Un accord de report d’entrée est un accord entre un fabricant qui souhaite créer une insuline générique et un laboratoire pharmaceutique ayant pour effet de retarder l’entrée du premier sur le marché. En échange, celui-ci reçoit un paiement de la part du laboratoire. Autrement dit, un laboratoire peut légalement empêcher un concurrent d’entrer sur le marché. Il y a quelques années, l’entreprise Merck a annoncé qu’il envisageait de vendre une version biosimilaire de la Lantus produite par Sanofi. Sanofi a poursuivi en justice Merck, qui a finalement renoncé à produire l’insuline biosimilaire, a priori suite à l’intervention financière de Sanofi pour mettre à l’écart Merck. Dans le cas où le report d’accord d’entrée ne fonctionne pas, les “trois grands” peuvent toujours intenter un procès aux autres joueurs tentant d’entrer sur le marché de la fabrication d’insuline, rallonger les délais et les démarches judiciaires et les épuiser financièrement. Malheureusement dans ce jeu, les patients sont les perdants.

4. Les brevets

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de fabricants d’insuline ? Il existe plusieurs raisons, mais la durée de vie des brevets explique en grande partie cela. Les brevets donnent à une personne ou à une organisation le monopole d’intervention sur une invention particulière pour une période déterminée. En France, cette période est de 20 ans. Humalog, Lantus et d’anciennes générations d’insuline sont aujourd’hui tombées dans le domaine public. Mais alors, que se passe-t-il ? Les laboratoires pharmaceutiques profitent d’un vide juridique dans le système américain des brevets pour proposer plusieurs brevets pour un même médicament et ainsi les faire durer plus longtemps. Cela empêche toute concurrence et garantit des prix élevés sur des dizaines d’années. Les chercheurs de l’organisation I-MAK militent justement pour un marché plus juste. Ils ont notamment démontré que Sanofi avait déposé 74 brevets pour la Lantus seulement, ce qui veut dire que Sanofi aura le monopole pendant 37 ans.

 

imak_sanofi_brevets

I-MAK écrit : Lantus (une insuline lente) a généré 5,7 milliards de dollars en 2017. Le labo qui produit Lantus, Sanofi, empêche les personnes à avoir accès à des versions génériques moins coûteuses. Sanofi a déposé 74 brevets pour Lantus. Ces brevets pourraient bloquer la concurrence pendant 37 ans. Et Lantus a vu ses prix augmenter de 114% depuis 2012.

5. La politique 

Aux États-Unis, les entreprises n’ont pas pour habitude de jeter de l’argent par les fenêtres ni de rester en dehors de la politique. Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi génèrent à eux seuls plusieurs milliards de dollars de profits. Vous avez bien lu, des milliards de dollars. Nous savons qu’ils dépensent beaucoup d’argent en marketing, mais ils dépensent aussi des millions en lobbying politique. En tant que citoyen américain, vous pouvez consulter si votre représentant politique reçoit des dons de la part d’un des “trois grands” fabricants d’insuline ou de la part d’un quelconque laboratoire pharmaceutique. Il y a de grandes chances pour que ce soit le cas. Par exemple, Joe Biden a reçu plus de 54 millions de dollars de la part de laboratoires et d’entreprises du domaine de la santé pour sa campagne aux élections présidentielles. N’oublions pas de mentionner également les conflits d’intérêt entre les laboratoires pharmaceutiques et le gouvernement américain. L’ancien ministre de la santé américain était auparavant un cadre dirigeant chez Lilly. C’est pour cette raison que la voix indépendante des patients est si importante !

6. Les prix 

Les graphes de The Business Insider sont explicites. Plusieurs procès ont été intentés pour fixer les prix de l’insuline.

tableau_prix_insuline

7. Les modèles marketing des labos

Aux États-Unis et dans d’autres pays, les docteurs sont autorisés à recevoir de l’argent de la part des laboratoires pharmaceutiques pour donner des conférences ou des conseils. Cet argent est supposé dédommager les docteurs. Cependant, cet échange pécuniaire peut créer une affinité et une loyauté avec un labo particulier et influencer les prescriptions qu’ils font à leurs patients. Les fabricants d’insuline s’intéressent aussi beaucoup aux docteurs qui accompagnent les personnes qui viennent d’apprendre qu’ils ont un diabète et à qui ont prescrit une certaine insuline. En effet, les patients étant réticents à changer d’insuline, les laboratoires misent tout sur cette première décision.

 

8. Recevoir de l’argent pour influencer les autres (ou rester silencieux)

Les leaders d’opinion, les influenceurs et les associations de patients acceptent des sommes d’argent faramineuses de la part de fabricants d’insuline. D’autre part, certaines organisations sont créées par les laboratoires eux-mêmes, comme la Fondation mondiale du diabète fondée par Novo Nordisk, et sont influencés par eux. Si c’est un sujet qui vous intéresse, vérifiez qui sont les fondateurs de l’organisation que vous voulez soutenir, et si ce n’est pas clair, demandez-leur s’ils sont soutenus financièrement par un laboratoire en particulier.

Que pouvons-nous faire ?

Les patients prennent de plus en plus la parole à ces sujets dans le monde. Aux Etats-Unis par exemple, un pays où le coût de l’insuline est exponentiel, T1International a lancé plusieurs campagnes de mobilisations dans plusieurs états américains et milite activement au changement politique, notamment sur les réseaux sociaux à travers le hashtag #insulin4all. Peu importe votre action, le plus important est de ne pas rester silencieux à ce sujet !

girls_just_wanna_have_fun_weronika_burkot

Illustrations de Weronika Burkot @typeone.bluesugarcube

La ménestrelle

TRADUIT PAR NINA TOUSCH, LE 11/12/2020

Nina a créé Diabetopole en septembre 2020, tout juste huit ans après être devenue diabétique. Elle aime tenir informé les diabétiques sur ce qu’il ce passe sur la planète Diabète et n’hésite pas à aller au bout du monde pour vous rapporter des infos croquantes. Suivez-la sur les réseaux sociaux.

le_diabete_enchaine_9

Abonne-toi à notre newsletter pour lire

Le Diabète Enchaîné #9

En rejoignant notre newsletter, tu recevras tous les deux mois le webzine directement dans ta boîte mail.

C'est dans la boîte !