La_Federation_Internationale_du_Diabete_Europe_et_les_deputes_europeens_publient_un_plan_d_action_pour_lutter_durablement_contre_le_diabet_
La Fédération Internationale du Diabète Europe et les députés européens publient un plan d’action pour lutter durablement contre le diabète.

Par Nina Tousch – Publié le 01/03/2021

Bruxelles, 25 février 2021. Le diabète affecte aujourd’hui plus de 430 millions de personnes dans le monde soit la population de l’Union européenne, et les chiffres ne font qu’augmenter. Le groupe d’intérêt MEPs Mobilising for Diabetes (MMD), créé en novembre dernier, réunit une dizaine de députés européens à l’initiative de la Fédération Internationale du Diabète (FID) Europe. (MEP signifie Membre du Parlement Européen). Leur objectif ? Faire du diabète un sujet politique européen. En février, MMD publie un plan d’action pour 2030. Un projet ambitieux qui fait du diabète une préoccupation européenne.

Moins de diabétiques, moins d’inégalités et une meilleure qualité de vie d’ici dix ans.

« On a besoin que le système change », explique Christel Schaldemose, député européenne et co-présidente de MMD. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé ! Déjà en 1989, la FID et l’Organisation Mondiale de la Santé publiaient la Déclaration Saint Vincent et espéraient responsabiliser les gouvernements et l’Europe en définissant une série d’objectifs sanitaires pour prévenir l’accélération du diabète.

Pour infléchir la courbe, nous avons véritablement besoin d’un changement systémique et d’une politique nationale et européenne qui prennent en compte cette condition. Il faut non seulement informer et éduquer les citoyens européens mais aussi prévenir l’évolution et les complications du diabète, améliorer sa prise en charge, réduire les inégalités de soin dans l’espace européen et réformer l’oligopole industriel sur les prix de l’insuline et des dispositifs médicaux.

La mission est ardue tant le diabète affecte tous les secteurs de notre système, que ce soit la médecine ou la technologie mais aussi la législation pharmaceutique, les politiques agricoles et l’urbanisme. Toutefois, ces secteurs sont à la portée des députés européens qui proposent et votent les lois européennes.

MMD se fixe trois buts d’ici 2030 : réduire les risques de développement du diabète de type 1 et du diabète de type 2, réduire les inégalités de soins et améliorer la qualité de vie des personnes diabétiques. Avec ce plan d’action, les députés européens ont les outils et l’expertise nécessaires pour proposer et voter des lois à la lumière des besoins des personnes vivant avec un diabète.

Trente ans après la Déclaration Saint Vincent, MMD réunit une nouvelle fois les efforts pour en finir avec les « approches fragmentées » du diabète, comme le dit la député européenne Marisa Matias.

 

Changer le système À coup de (r)évolutions.

Le plan propose une série d’actions et de recommandations politiques davantage destinées aux législateurs européens. Néanmoins, si la situation est telle qu’elle est aujourd’hui ce n’est pas que parce qu’il manque une politique commune contre le diabète. Lutter contre le diabète n’est pas qu’une guerre politique, c’est surtout une guerre économique qui confronte une poignée d’industries aux millions de patients.

Pour changer le système, il faut changer les rapports de force avec les laboratoires pharmaceutiques (1). Voici quelques questions (im)pertinentes à poser à un PDG d’une industrie ou un.e homme/femme politique lors d’un dîner mondain :

Pourquoi le diabète n’est toujours pas pris en compte par les gouvernements nationaux et supranationaux ?

Pourquoi, bien que Frederick Banting et Charles Best, les chercheurs à l’origine de la découverte de l’insuline, aient vendu les résultats de leur travail pour 1 dollar symbolique au laboratoire Eli Lilly, ce même laboratoire détient le monopole de la production de l’insuline aujourd’hui avec Sanofi et Novo Nordisk et vende un flacon d’insuline à des prix exorbitants ?

Pourquoi un médicament aussi vital et facile à produire que l’insuline coûte-t-il encore si cher et n’est toujours pas universellement gratuit cent ans après sa découverte ?

Tant de questions qui nous font monter en hyper ! Pour notre stabilité glycémique, répondez-nous et donnez-nous gratuitement accès à l’insuline et aux dispositifs médicaux !

Et maintenant ?

Nous suivrons de près les actions du groupe d’intérêt car nous croyons au pouvoir transformatif d’une approche européenne du diabète. MMD publiera prochainement une version plus détaillée du plan d’action. L’Union européenne propose enfin une “vision plus saine” de l’Europe avec son programme EU4Health. Elle ne peut omettre le diabète dans ses actions, et nous comptons sur MMD pour le lui rappeler.

 

(1) La commission européenne a publié en novembre dernier une “Stratégie pharmaceutique pour l’Europe” destinée à créer un nouveau cadre réglementaire. Dans ce document, le diabète n’est mentionné qu’une seule fois et à titre anecdotique. La Stratégie s’engage néanmoins à “assurer l’accès des patients aux médicaments” et à “envisager des politiques ciblées qui favorisent une plus grande concurrence des médicaments génériques et biosimilaires”.

La ménestrelle

ÉCRIT PAR NINA TOUSCH, LE 01/03/2021

Nina a créé Diabetopole en septembre 2020, tout juste huit ans après être devenue diabétique. Elle aime tenir informé les diabétiques sur ce qu’il ce passe sur la planète Diabète et n’hésite pas à aller au bout du monde pour vous rapporter des infos croquantes. Suivez-la sur les réseaux sociaux.

le_diabete_enchaine_9

Abonne-toi à notre newsletter pour lire

Le Diabète Enchaîné #9

En rejoignant notre newsletter, tu recevras tous les deux mois le webzine directement dans ta boîte mail.

C'est dans la boîte !